Bienvenue à la 71e législature du PJQ !

Équipe

</p>
<p><center>Frédérick Desbiens</center>

Frédérick Desbiens

Premier ministre

Frédérick est titulaire d’un baccalauréat en Science politique de l’Université de Montréal et est candidat à la Maîtrise en Administration des affaires publiques et internationales à la même Université. En raison de son intérêt pour le bien commun et la chose publique, Frédérick entend mettre à profit son cheminement scolaire dans l’ensemble des causes qu’il supporte.

Ayant participé pour la première fois au PJQ lors de la 67e législature, Frédérick a depuis occupé successivement les postes de Whip du gouvernement à la 68e, Président de commission à la 69e et Ministre de la Santé et des services sociaux à la 70e ce qui lui a permis de présenter un projet de loi sur les habitudes numériques et l’encadrement des produits numériques. De son propre aveu, assumer les responsabilités du Premier ministre de la 71e législature et pour lui le plus grand des honneurs.

Dans ses temps libres, Frédérick adore cuisiner. Il accorde une importance capitale au fait de bien manger chose qu’il adore partager, comme la beauté de son village d’origine, la merveilleuse Saint-Adolphe-d’Howard.

</p>
<p><center>Louis-Philippe Codère</center>

Louis-Philippe Codère

Chef de l'opposition

Louis-Philippe est un étudiant à la maîtrise en santé publique à l’Université de Montréal. Les raisons qui l’ont fait choisir sont multiples, mais disons tout simplement que son baccalauréat en nutrition lui aura inspiré son goût d’intervenir auprès de la population pour l’accompagner dans ses changements d’habitudes de vie. Il travaille l’été dans une boutique de location de vélos auprès de touristes auprès desquels il adore parler de Montréal.

Louis-Philippe en est à sa 5e participation au PJQ. Il a commencé comme député à la 67e, secrétaire général à la 68e, président de commission à la 69e puis porte-parole de l’opposition en matière de justice à la 70e législature. Pour la 71e année d’existence du PJQ, Louis-Philippe aura la chance d’être chef de l’opposition.

Parmi les passions de Louis-Philippe, on retrouve le vélo. Il rêve de parcourir le Québec à vélo pour se rendre un peu partout. Pour le moment, il sillonne les rues de Montréal à la recherche des petits trésors cachés de cette ville qu’il adore et chérit. S’il n’est pas sur son vélo, il aime s’égarer dans les intrigues littéraires qu’il accumule sur sa table de chevet.

</p>
<p><center>Vincent-Alexandre Fournier</center>

Vincent-Alexandre Fournier

Leader du gouvernement

Vincent-Alexandre a complété un baccalauréat en droit à l’Université de Montréal et a été assermenté comme avocat en 2018. Passionné par le droit public, il a ensuite entrepris une maîtrise en droit à l’Université de Cambridge axée sur les conséquences juridiques du Brexit eu égard au droit constitutionnel britannique et au droit de l’Union européenne.

Vincent-Alexandre en est à sa 6e participation au PJQ. Il a été successivement député à la 66e, porteur de motion à la 67e, président de commission à la 68e et porte-parole de l’opposition à la 69e. À la 70e, il a ensuite présenté un projet de loi sur la réforme du système pénal et carcéral à titre de ministre de la Justice. Il est honoré de s’impliquer au sein du comité exécutif de la 71e à titre de Leader du gouvernement.

Vincent-Alexandre se passionne pour le cyclotourisme et a parcouru la côte est américaine de Montréal à la Floride, ainsi que l’Europe de l’Angleterre jusqu’à la Grèce. Il adore aussi jouer à des jeux de société tels que les Colons de Catan et Monopoly. Avide de la chose publique, Vincent-Alexandre ne manque pas une opportunité de visionner des débats de politique canadienne ou américaine que ce soit dans son salon ou durant ses pauses lors de randonnées cyclistes.

</p>
<p><center>Kateri Rivard</center>

Kateri Rivard

Leader de l'opposition

Kateri est détentrice d’un baccalauréat en droit de l’Université de Montréal. Elle profitera d’ailleurs de ce passage à cette université pour représenter les Carabins en soccer féminin. Carabins un jour, Carabins pour toujours! Elle est maintenant étudiante à l’École du Barreau. Elle souhaite éventuellement être avocate en droit de la famille ou en protection de la jeunesse.

S’étant initié au PJQ à titre de députée lors de la 67e législature, Kateri a depuis occupée successivement les postes de Responsable de dossier à la Colline, Secrétaire générale et Porte-parole de l’opposition officielle. Kateri fut aussi membre de la délégation québécoise au 22e Parlement jeunesse Wallonie-Bruxelles et Chef de la délégation québécoise lors de la 23e législature de ce même parlement. C’est maintenant avec plaisir qu’elle assumera le poste de Leader de l’opposition pour le 71e législature du PJQ.

Outre les simulations parlementaires, Kateri est une épicurienne qui adore profiter de toutes les bonnes choses que la vie peut lui offrir. Elle pourra vous parler de presque toutes les séries disponibles sur Netflix. Elle pourra vous parler pendant des différents pays qu’elle a ou qu’elle veut visiter. Elle pourra aussi vous parler de bière, de vin, de nourriture ou d’endroit où danser et chanter à Montréal !

</p>
<p><center>Catherine Côté</center>

Catherine Côté

Rédactrice en chef du journal La Colline

Catherine est étudiante au baccalauréat en psychologie et à la mineure en études féministes, des genres et des sexualités à l’Université de Montréal comme boursière Loran 2016. Elle aspire à poursuivre une maitrise en droits fondamentaux axée sur les droits des femmes. Elle s’intéresse particulièrement à la situation des femmes défenseuses des droits humains, à l’écoféminisme et au féminisme décolonial depuis qu’elle a occupé un emploi d’été avec le Urgent Action Fund for Women’s Human Rights à l’été 2018. Elle s’intéresse aussi particulièrement au plaidoyer, à la justice sociale et à l’intégration de la santé mentale dans les politiques publiques.

Dans son parcours au PJQ, Catherine a respectivement été députée à la 68e législature, secrétaire générale à la 69e législature, directrice vidéo du journal la Colline à la 70e législature et elle occupera le poste de rédactrice en chef du journal La Colline à la 71e législature.

Passionnée par l’apprentissage des langues et la randonnée, Catherine a passé l’année scolaire 2018-2019 au Pérou pour perfectionner son espagnol et conquérir les Andes, tout en travaillant pour un collectif féministe local. Elle se lance maintenant dans l’apprentissage du portugais pour 2020.

Bienvenue à la 70e législature du PJQ !

Équipe

Comité exécutif

</p>
<p><center>Céline Gemmel</center>

Céline Gemmel

Première ministre
</p>
<p><center>Nicolas Pilon</center>

Nicolas Pilon

Chef de l'opposition
</p>
<p><center>Simon Du Perron</center>

Simon Du Perron

Leader du gouvernement
</p>
<p><center>Albert Michaud</center>

Albert Michaud

Leader de l'opposition
</p>
<p><center>Émilie Leboeuf</center>

Émilie Leboeuf

Rédactrice en chef du journal La Colline

Céline est détentrice d’un baccalauréat en administration des affaires et d’un diplôme d’études supérieures spécialisées en comptabilité professionnelle. Elle est maintenant candidate au titre de Comptable Professionnel Agréé et poursuit un stage en audit externe. Avec un intérêt pour la gouvernance d’organismes du secteur public, Céline souhaite continuellement mobiliser sa formation en affaires et en comptabilité pour contribuer à l’essor des causes qui lui tiennent à coeur.

S’étant initié au PJQ à titre de députée lors de la 65e législature, Céline a depuis occupée successivement les postes de Leader adjointe du gouvernement, Présidente de commission, Porte-parole de l’opposition officielle et Ministre de la Santé où elle a eu le loisir de déposer un projet de loi sur la procréation assistée dans le but de moderniser la législation à ce sujet. C’est un honneur pour elle d’assumer le poste de Première ministre lors de la 70e législature du Parlement Jeunesse du Québec.

Étant une avide consommatrice de podcasts, Céline aime apprendre sur les sujets les plus variés allant des conteneurs aux nouvelles tendances en urbanisme. Dans ses temps libre, elle aime danser sur les trames sonores de comédies musicales.

Titulaire d’un baccalauréat en science politique et philosophie, Nicolas porte un intérêt particulier pour la compréhension de l’univers sociopolitique, des soubresauts idéologiques et des formes discursives taraudant la rhétorique démocratique. En ce sens, alors que les député.e.s et journalistes sombreront tous azimuts dans des joutes verbales comme intellectuelles, il se fera un devoir de contribuer du mieux qu’il le peut à l’épanouissement personnel de toutes et tous.

Comprendre, saisir, habiter et orienter un ensemble cohérent de concepts incarnent fastueusement la maîtrise de l’idée. Celle-ci implique implicitement une architecture de pouvoir dont la mise en lumière sera l’ultime objectif du journal. Comprendre pour mieux saisir. Mieux saisir pour maîtriser. Maîtriser pour transformer. À cet égard, il vous souhaite que les idées de grandeur, de défis et d’audace naviguent bellement dans vos cœurs.

Fort de ses implications multiples, Nicolas vit sa vie comme bon lui semble : l’essence libertaire en est une qui quitte rarement son créneau. L’affranchissement et l’émancipation passeront toujours par ce qui brise les chaînes. C’est donc du haut d’un amour profond pour le potentiel de l’humanité qu’il se fera un plaisir de participer à l’éveil des esprits.

Juriste de formation, Simon est titulaire d’un baccalauréat en droit de l’Université de Montréal où il a pris part activement à la vie facultaire en s’impliquant activement au sein de l’Association des Étudiantes et Étudiants en droit de l’Université de Montréal (AED). À ce titre, il a contribué à différents projets au bénéfice de la communauté étudiante notamment au développement d’une application mobile, d’une plateforme de partage académique en ligne et d’un plan d’action en matière de santé psychologique.

Simon s’est initié au PJQ à la 66e législature à titre de député. Il a ensuite occupé les postes de Whip à la 67e, de Président de Commission à la 68e et de Ministre de la Justice à la 69e où il a eu le plaisir de présenter un projet de loi visant à créer une cour de justice dont les décisions sont rendues par l’intelligence artificielle. C’est un réel privilège pour lui d’endosser le rôle de Leader du gouvernement à la 70e législature.

À l’affût des nouvelles technologies, Simon entame une maîtrise en droit des technologies qui l’amènera à réfléchir sur l’harmonisation du droit avec les bouleversements de l’Internet, du numérique et de la télécommunication.

Grand amoureux de musique québécoise, Simon se plaît à agrémenter ses discours au Salon bleu de références à des groupes (selon lui) incontournables : Alaclair Ensemble, Karkwa, Avec pas d’casque…

Albert est un étudiant à la maitrise en biologie, il est passionné de tout ce qui est environnement extrême. De ce fait, il a passé la dernière année de son baccalauréat sur l’archipel de Svalbard dans le Haut-Arctique norvégien, où il a pu être témoin de l’ampleur de l’impact des changements climatiques sur les pôles. Fort de son expérience en écologie Albert se dévoue à la recherche et la conservation de nos milieux naturels. Il a travaillé comme biologiste avec plusieurs organismes de recherche dans tous types d’habitat de la tundra Arctique au fleuve St-Laurent.

Albert en est à sa 6ème participation au PJQ. Il a commencé à la 65ème comme député, puis comme whip à la 66ème, président de commission à la 67ème,  porte parole de l’opposition à la 68ème et a eu le bonheur de présenter une réforme du réseau de transport québécois visant à réduire l’utilisation de l’automobile comme ministre du Transport à la 69ème législature. Pour la 70ème législature, Albert aura l’honneur d’être le leader de l’opposition.

Passionné de nature et de plein air, Albert passe la plupart de son temps hors de la connexion internet que ce soit pour faire de la photographie, de l’escalade, du ski, ou simplement pour se balader en nature.

Graduée du baccalauréat en Relations internationales et droit international avec concentration en études féministes de l’Université du Québec à Montréal, Émilie développe une vision globale et nuancée des phénomènes sociopolitiques internationaux. Lors de sa dernière année au baccalauréat, elle choisit d’entreprendre une concentration en études féministes et de faire un stage en éducation antiraciste, ce qui lui permet de lier ses objectifs personnels, professionnels et académiques aux luttes féministes, antiracistes et postcoloniales. Candidate à la maîtrise en science politique à l’Université Concordia, Émilie compte rédiger un mémoire sur les pratiques d’intervention et les pédagogies majoritaires au sein du milieu scolaire québécois, notamment l’éducation interculturelle, afin d’illustrer en quoi celles-ci se révèlent inefficaces quant aux changements systémiques visant à éliminer le racisme et les systèmes imbriqués d’oppression sociale.

Émilie fait ses débuts au Parlement jeunesse du Québec lors de la 68ème législature où elle siège en tant que députée. Inspirée par une jeunesse allumée, Émilie revient à la 69ème édition du Parlement jeunesse en tant que responsable de dossier au journal La Colline sur le projet de loi sur la justice algorithmique. Motivée à l’idée de contribuer à la pérennité de la simulation journalistique du Parlement jeunesse, Émilie est nommée rédactrice en chef de la 70ème législature. Émilie est responsable de coordonner la rédaction du contenu écrit et la production du contenu visuel du journal La Colline.

Elle aime penser le Parlement jeunesse comme un monde parallèle, en dehors du temps et de l’espace; une occasion inouïe où des jeunes de différents milieux se voient octroyer le plaisir et le privilège de débattre ensemble sur plusieurs enjeux de société. Animée par la justice sociale, son implication au Parlement jeunesse se veut une manière de rencontrer d’autres jeunes tout aussi impliqué·e·s qu’elle.  

Conseil

Julien Labrosse, Président d’assemblée
David Gakwarere, Vice-président d’assemblée

Frédérick Desbiens
Hind Sadiqi
Sarah Ouagueni
Vincent-Alexandre Fournier

Daisy Bellefleur
Gabrielle Leblanc-Huard
Kateri Rivard
Louis-Philippe Codère

Anne-Julie Bernard
Charles-Antoine Leboeuf
Kangni Han
Laurence Poulin

Dina Husseini, Vice-premier ministre
Jean-Philippe Sauvageau, Ministre responsable des anciens combattants

Jin Ge Li
Matthew Di Nicolantonio

Jalila Mafhoum
Miteau Butskhrikidze

Alexandrine Lahaie
Élodie Lussier-Piché
Émilie Lavoie
Marwa Khanafer
Matias Guerra
Paule Saint-Pierre Charbonneau
Raphaël Rioux
Sékou Diakité

Léa Sara, Secrétaire générale
Stéphane Richard, Secrétaire général
Andréanne Gravel Saint-Pierre, Directrice de session
Charles Castonguay, Attaché de presse
Sandrine Fragasso, Attachée de presse

Émilie Leboeuf, Rédactrice en chef
Julien Breault, Rédacteur en chef adjoint au contenu écrit
Nicolas Daoust, Directeur du contenu vidéo

Claire Duclos, Éditorialiste
Attou Mamat, Responsable de dossier
Daphné Poulin, Responsable de dossier
François Trépanier-Huot, Responsable de dossier
Rafaël Leblanc-Pageau, Responsable de dossier

Ioana Manea

Marie-Andrée Richard

Documents de la 70e législature

Conseil d’administration

</p>
<p><center>Kateri Rivard</center>

Kateri Rivard

Présidente
</p>
<p><center>Anne-Julie Bernard</center>

Anne-Julie Bernard
</p>
<p><center>Frédérick Desbiens</center>

Frédérick Desbiens
</p>
<p><center>Gabrielle Leblanc-Huard</center>

Gabrielle Leblanc-Huard
</p>
<p><center>Louis-Philippe Codère</center>

Louis-Philippe Codère
</p>
<p><center>Sarah Ouageni</center>

Sarah Ouageni
</p>
<p><center>Stéphane Richard</center>

Stéphane Richard
</p>
<p><center>Céline Gemmel</center>

Céline Gemmel

Représentante du comité exécutif
</p>
<p><center>Nicolas Pilon</center>

Nicolas Pilon

Représentant du comité exécutif

Bienvenue à la 69e législature du PJQ !

Équipe

Comité exécutif

</p>
<p><center>Julien Labrosse</center>

Julien Labrosse

Premier ministre

Historien de formation, Julien a complété une Maîtrise ès Arts en Histoire à l’Université d’Ottawa en 2015. Ses recherches portaient sur le rôle de la guerre de Corée dans le développement des politiques de bilinguisme de l’appareil militaire canadien. Passionné de parlementarisme, Julien travaille au Parlement du Canada depuis 2011, année où il a été sélectionné afin de faire partie de l’équipe des pages du Sénat. Julien travaille maintenant à titre d’Agent d’administration, des cérémonies et du protocole au Sénat du Canada où il cultive son amour des institutions parlementaires et de leur histoire.

Julien a fait ses débuts au PJQ lors de la 65ième législature où il était député. Depuis, il a occupé les postes de critique de motion à la 66ième et de Ministre responsable des affaires numériques à la 67ième, où il a eu le plaisir de proposer un projet de loi visant à adapter notre régime de la protection de la vie privée à l’ère numérique. Lors de la 68ième il a occupé les fonctions de Leader du gouvernement, poste qui lui a permis de mettre à contribution ses connaissances en matière de procédure parlementaire. Il également fait partie de la délégation québécoise à la XXIe édition du Parlement jeunesse Wallonie-Bruxelles en Belgique en 2017. À l’hiver 2018, il a partagé son amour de la Belgique avec la délégation québécoise à la XXIIe édition du Parlement jeunesse Wallonie-Bruxelles à titre de Chef de délégation. C’est pour lui un immense honneur d’assumer les fonctions de Premier ministre de la 69ième législature du Parlement jeunesse du Québec.

Julien est passionné par l’histoire, par la procédure parlementaire et par l’évolution comparative du modèle Westminster. Convaincu que la source du cynisme ambiant est une incompréhension généralisée des principes fondamentaux de nos institutions parlementaires, Julien s’efforce de contrer la crise de l’éducation civique en vulgarisant la théorie du gouvernement responsable tant dans des contextes plus formels qu’autour d’un verre entre amis.

Dans sa vie non-parlementaire, Julien aime amasser des connaissances inutiles et cultiver son amour de la vexillologie et de l’héraldique. Hédoniste à ses heures, Julien adore cuisiner, siroter un bon café et développer ses talents de sommelier.

</p>
<p><center>Hanène Mankour</center>

Hanène Mankour

Cheffe de l'opposition

Hanène est une franglo-Montréalaise d’origine algérienne née en 1993. Cette millénale, tout ce qu’il y a de plus basique, aime particulièrement collectionner les photos cliché de cafés montréalais sur son Instagram et répertorier chaque moment anodin de la vie de son chat sur Snapchat. Dotée d’habiletés surprenantes pour la prise de selfie, elle sait immortaliser les moments cocasses et les expériences loufoques qu’elle partage avec ses êtres chers. Pseudo-épicurienne, elle raffole des longues conversations sur le féminisme intersectionnel, en brunch, accompagnées d’avocado-toast ou en souper, dans un resto vegan. Oui, Hanène rassemble toutes les raisons pour lesquelles la génération millénale est méprisée et elle en est très heureuse. YAAAASSSS.

En dehors de ces frivolités impertinentes, elle aime aussi s’adonner à des activités plus lucratives et pertinentes pour ses pairs, comme son implication dans le Regroupement des étudiants en médecine de l’Université Laval (RÉMUL) et l’International Federation of Medical Students Associations (IFMSA). Après son baccalauréat en nutrition à l’Université de Montréal, elle s’expatrie en 2017 de sa ville adorée pour la magnifique ville de Québec où elle entame ses études en médecine. Avide de débats et mordue de tout ce qui touche de près ou de loin à la santé, Hanène se sent le plus épanouie lorsqu’elle peut discuter d’enjeux en lien avec notre système de santé et ses perspectives d’avenir, surtout en termes de prévention.

Elle nage aussi dans le bonheur total lors de conversations portant sur le microbiote intestinal, la régulation de voies métaboliques et/ou endocriniennes, l’équipe de foot algérienne, les émissions coréennes (qu’elle a commencé à aimer bien avant que ça soit à la mode, tient-elle à préciser), Occupation Double (à sa grande honte, mais elle s’assume), les livres de Dan Brown ou de Yasmina Khadra, la poésie de Rupi Kaur ou de Rumi, Harry Potter, les films de Disney (surtout Mulan), les films Bollywood et de Nicholas Sparks, Mean Girls, This is Us, la journaliste Nelly Bly, le nouvel album de Sia et les publicités des Jeux olympiques (#shecanteven).

En somme, Hanène est un être à la fois basique mais complexe, qui vous surprend dans les multiples détours de sa personnalité ; tantôt impétueuse, tantôt paisible comme sa Méditerranée natale, elle est au fond d’elle-même une vieille âme dont la quête réside en la découverte de soi par la rencontre de l’autre, d’où son amour débordant pour le Parlement jeunesse du Québec, où elle souhaite avoir le plaisir de vous rencontrer prochainement.

</p>
<p><center>Gabrielle Chagnon-Roy</center>

Gabrielle Chagnon-Roy

Leader du gouvernement

Juriste de formation et membre du Barreau du Québec, Gabrielle s’intéresse notamment aux affaires procédurales et à la gouvernance, ce qui l’a menée à siéger sur plusieurs conseils d’administration et à en présider d’autres. Elle a ainsi pu allier des intérêts aussi divers que les médias, les arts visuels, le droit, le parlementarisme, l’entrepreneuriat et l’industrie brassicole tout en contribuant à la croissance et la pérennité de différents organismes et entreprises. Le parcours académique et les implications extracurriculaires de Gabrielle lui permettent aujourd’hui de s’épanouir dans plusieurs de ses domaines de prédilection en agissant à titre de première spécialiste aux politiques institutionnelles pour une société d’État dont la mission à saveur culturelle et politique lui tient profondément à coeur.

Forte de six participations au Parlement jeunesse du Québec, Gabrielle témoigne de son attachement à l’institution non partisane en y valorisant hautement le mentorat, la passation des connaissances et la prise de risques, voyant en chaque moment une occasion de contribuer à l’empowerment de son prochain. D’abord députée à la 63e, elle devient critique de motion à la 64e ainsi qu’administratrice, puis présidente de commission lors de la 65e, porte-parole de l’opposition à la 66e, membre de la délégation québécoise en Belgique, ministre à la 67e et enfin vice-première ministre de la 68e législature. C’est habitée par la volonté de redonner au Parlement jeunesse et à ses futurs participants que Gabrielle endosse finalement le rôle de leader du gouvernement et qu’elle retournera siéger au conseil d’administration de l’AQJP, cette fois à titre de représentante du comité exécutif.

Le Salon bleu étant souvent un lieu où les jeunes parlementaires s’adonnent à une autocritique acérée, Gabrielle préfère présenter le Parlement jeunesse comme une balise temporelle brillant dans l’obscurité de décembre; chaque présence à l’Assemblée nationale devient autant d’occasions de s’arrêter pour observer au loin la lueur de son passage précédent, apprécier les rencontres formidables faites en route et prendre la mesure du chemin parcouru depuis.

</p>
<p><center>Sandrine Jouis</center>

Sandrine Jouis

Leader de l'opposition

Sandrine est fièrement originaire de Sept-Îles sur la Côte-Nord. Désormais résidente de Québec, elle termine actuellement sa maîtrise en aménagement du territoire et développement régional à l’Université Laval. Ses champs d’intérêt portent particulièrement sur les territoires agricoles et l’agriculture urbaine, mais elle s’intéresse au système alimentaire de façon générale. Elle aime la planète, la terre, la nature et s’émerveille devant l’évolution de son compost. Profondément féministe, elle s’intéresse, en théorie et au quotidien, aux rôles qu’on donne aux femmes dans la société.

Sandrine a fait ses débuts au Parlement jeunesse dans le journal La Colline. À la 65ième législature, elle jouait le rôle de journaliste. L’année suivante, elle y est restée comme responsable de dossier et a travaillé sur le projet de loi sur les institutions démocratiques. Cette même année, elle a eu le bonheur se joindre à la délégation belge pour la XXième édition du Parlement jeunesse Wallonie-Bruxelles. À la 67ième édition, Sandrine est descendue en chambre où elle a porté une motion sur l’interdiction des sondages lors des campagnes électorales. À la 68ième, elle était porte-parole de l’opposition pour le projet de loi sur l’abolition de la socialisation genrée, une position qui représentait un défi considérable pour elle.

Cette année, Sandrine s’est jointe au comité exécutif, où elle occupe le rôle de leader de l’opposition. En parallèle, elle est également responsable de la logistique entourant la simulation. Pour elle, le Parlement jeunesse du Québec est une façon de rencontrer des personnes en dehors des réseaux sociaux hermétiques du quotidien, et ainsi de s’ouvrir à d’autres réalités. Elle souhaite, par son passage au PJQ, sensibiliser ses collègues sur les contextes particuliers des régions qui se situent hors des grandes villes du Québec.

Conseil

Julien Labrosse, Président d’assemblée
David Gakwarere, Vice-président d’assemblée

Frédéric Desbiens
Hind Sadiqi
Sarah Ouagueni
Vincent-Alexandre Fournier

Daisy Bellefleur
Gabrielle Leblanc-Huard
Kateri Rivard
Louis-Philippe Codère

Anne-Julie Bernard
Charles-Antoine Leboeuf
Kangni Han
Laurence Poulin

Dina HusseiniVice-premier ministre
Jean-Philippe SauvageauMinistre responsable des anciens combattants

Jin Ge Li
Matthew Di Nicolantonio

Jalila Mafhoum
Miteau Butskhrikidze

Alexandrine Lahaie
Élodie Lussier-Piché
Émilie Lavoie
Marwa Khanafer
Matias Guerra
Paule Saint-Pierre Charbonneau
Raphaël Rioux
Sékou Diakité

Léa Sara, Secrétaire générale
Stéphane RichardSecrétaire général
Andréanne Gravel Saint-PierreDirectrice de session
Charles Castonguay, Attaché de presse
Sandrine Fragasso, Attachée de presse

Émilie LeboeufRédactrice en chef
Julien BreaultRédacteur en chef adjoint au contenu écrit
Nicolas Daoust, Directeur du contenu vidéo

Claire Duclos, Éditorialiste
Attou Mamat, Responsable de dossier
Daphné Poulin, Responsable de dossier
François Trépanier-Huot, Responsable de dossier
Rafaël Leblanc-Pageau, Responsable de dossier

Ioana Manea

Marie-Andrée Richard

Documents de la 69e législature

Conseil d’administration

</p>
<p><center>Kateri Rivard</center>

Kateri Rivard

Présidente
</p>
<p><center>Anne-Julie Bernard</center>

Anne-Julie Bernard
</p>
<p><center>Frédérick Desbiens</center>

Frédérick Desbiens
</p>
<p><center>Gabrielle Leblanc-Huard</center>

Gabrielle Leblanc-Huard
</p>
<p><center>Louis-Philippe Codère</center>

Louis-Philippe Codère
</p>
<p><center>Sarah Ouageni</center>

Sarah Ouageni
</p>
<p><center>Stéphane Richard</center>

Stéphane Richard
</p>
<p><center>Céline Gemmel</center>

Céline Gemmel

Représentante du comité exécutif
</p>
<p><center>Nicolas Pilon</center>

Nicolas Pilon

Représentant du comité exécutif

Photos de la 68e législature

68e législature